Question d’actualité jointe à M. Smet concernant l’état des lieux de la réforme du secteur bruxellois des taxis eu égard à la manifestation du 27 mars 2018.

Question d’actualité jointe à M. Smet concernant l’état des lieux de la réforme du secteur bruxellois des taxis eu égard à la manifestation du 27 mars 2018.

M. le ministre, je suis content de vous voir en face de moi! Vous vous êtes fait très discret ces derniers jours. Je m’en suis étonné, car ce n’est pas le Pascal Smet que je connais depuis maintenant quatorze ans.

Au début de la semaine, vous avezpu assister, comme nous, à la manifestation d’un secteur inquiet pour son avenir, pour ses travailleurs et leurs familles, inquiet de ce qui est en train de se passer autour de son activité. On peut encore comprendre que vous n’ayez pas voulu parler avant ou pendant la manifestation. Mais trois jours après, nous n’avons toujours reçu aucun signal de votre part. Il n’y a aucun dialogue, aucune concertation et aucune réponse à l’avis, guère positif, du Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale (CESRBC), alors que tout le monde vous attend sur cette question!

Je suis très inquiet. Je ne vais pas jeter de l’huile sur le feu, car vous connaissez la position du PS. Quand allez-vous enfin faire respecter la législation, non pas la législation future -celle que vous souhaitez-, mais la législation actuelle, à savoir l’ordonnance telle qu’elle a été votée en 2013? Quand allez-vous mettre en place des contrôles qui permettront à tous d’avoir le sentiment que les uns et les autres sont traités sur un pied d’égalité?

Mon collègue Jamal Ikazban a déposé une proposition d’ordonnance demandant la mise en place de stewards chargés de contrôler la réglementation et de la faire appliquer, de manière à apporter une réponse au secteur.

Quand allez-vous vous concerter avec le secteur? Quand allez-vous envoyer un signal pour relancer enfin le dialogue? M.Smet, cela implique non seulement d’écouter les interlocuteurs autour de la

table, mais aussi de comprendre des situations particulières. On peut ne pas être d’accord avec tout ce qui se dit, mais il y a des situations particulières. Certaines personnes ont investi leur vie dans cette profession et attendent d’être respectées par les pouvoirs publics.

Je souhaite savoir quand vous allez enfin engager la concertation et répondre aux avis qui ont été rendus, notamment par le CESRBC.

À propos de l’auteur

Ridouane Chahid administrator