Journal Le Soir du 12/02/2019 : En 2023, le réseau ferré bruxellois s’ouvrira à d’autres opérateurs… dont la Stib?

Ma réaction dans le journal Le Soir de ce mardi 12/02 : Les socialistes francophones poussent, quant à eux, leurs ambitions… au-delà de la Région. «Nous voudrions que l’offre développée par la Stib puisse aller au-delà des frontières régionales, pour couvrir toute la zone métropolitaine. Bien sûr moyennant la conclusion d’accords de coopération avec les trois Régions et la SNCB», confirme Ridouane Chahid. Concrètement, il n’est bien sûr pas question de substituer la Stib à la SNCB sur les grandes lignes desservant Bruxelles au départ de la Flandre et de la Wallonie. «On ne veut pas bousculer cela. Par contre, il y a moyen de travailler sur une ligne circulaire. Et sur les lignes 26 (est) et 28 (ouest), ainsi que sur la liaison est-ouest.»

Journal l’Echo du 5/02/2019 : La Stib doit se préparer à rouler sur les rails d’Infrabel

Au PS, on adhère également à l’idée de faire rouler la Stib sur les rails d’Infrabel. « Nous préférons la Stib à un opérateur privé, dit Ridouane Chahid. En attendant, il faut que des collaborations soient nouées entre la Stib et la SNCB pour préparer le terrain, mais aussi éviter que la SNCB ne se détourne d’une de ses missions essentielles pour Bruxelles, transporter les navetteurs de Flandre et de Wallonie. »

Le Soir du 30/01/2019 : débat sur la gratuité de la STIB

Ridouane Chahid : « oui à la gratuité pour tous les Bruxellois….. »🚍🚃🚉
On peut parler d’une petite surprise du côté du Parti socialiste. Dans le programme rédigé par la fédération bruxelloise du PS et envoyé aux fédérations pour éventuels amendements, le PS annonçait sa volonté de proposer la gratuité des abonnements scolaires jusqu’à 18 ans. Mais la donne a aujourd’hui évolué :

Lire la suite

Ridouane Chahid (PS) sur le métro bruxellois: «Mettre l’idéologie de côté»

Dans le journal Le Soir du 21 janvier 2019, j’ai notamment affirmé que « Depuis le début, notre position a été de dire que là où nous construisons du métro, il faut aménager l’espace public en surface afin d’y mettre l’accent sur la mobilité douce ».

Pour un plan national signé SNCB, Stib, TEC et De Lijn

«  »[…] on devrait charger les CEO de la SNCB de la Stib, de De Lijn et du TEC de rédiger un plan national de mobilité intégrée, avance Ridouane Chahid, chef de groupe adjoint du PS au Parlement bruxellois. Il doit être possible de faire cela d’ici 2019 pour que les prochains gouvernements disposent dès leur installation d’une feuille de route. Lutter contre la congestion automobile est un combat commun que nous avons avec les autres régions et le Fédéral. » Le député prône aussi une approche plus participative de la problématique. Celle-ci repose sur le principe de l’interconnection. « Une politique connectée à deux niveaux, développe-t-il. D’une part via une application unique au service de tous les acteurs de la mobilité, ensuite en assurant une liaison effective des différents réseaux de transport. » D’où l’intérêt de s’adresser d’abord aux entreprises précitées. « Nous ne sommes pas contre la voiture mais nous souhaitons que les mentalités changent, l’enjeu est de faire en sorte que les usagers utilisent tel ou tel mode de transport en fonction du trajet à effectuer. »[…]

L’Echo du 26/04/2018

Le service minimum à la STIB

« C’est une sortie purement opportuniste. Le MR qui manque d’idées sur Bruxelles se calque sur ce qui se passe en Wallonie. Proposer un service minimum a la Stib alors qu’il existe un protocole de conciliation permettant d’éviter les grèves qui fonctionne très bien, cela démontre une méconnaissance du terrain. Ces dix dernières années, on peut compter sur les doigts d’une main les mouvements de grogne liés aux conflits internes de l’entreprise”, déclare Ridouane Chahid (PS).

DH du 12/10/2017

« Le député Ridouane Chahid développe: «Il existe, à la Stib, une convention collective qui met en place un protocole et toute une procédure de concertation. Cela a permis d’éviter de nombreuses grèves internes à la Stib, il y en a d’ailleurs peu. En plus, lorsqu’il y a des grèves, ce n’est jamais à 100%, il y a toujours des lignes qui roulent. Je crois que les libéraux ne croient pas eux-mêmes à la praticabilité de leur texte.»

Le Soir du 16/11/2017


« Ridouane Chahid sort à son tour le flingue lorsqu’il aborde les lignes retenues par le MR pour assurer un service minimum. « Le MR veut réinventer l’eau chaude et sa proposition a surtout pour objectif de surfer sur l’émotionnel et le mécontentement des usagers lorsque les transports en commun ne roulent pas à cause d’un conflit social mais elle ne résout en rien les problèmes qui se posent dans l’entreprise. Une fois le service minimum mis en place, que fait-on ? Je m’interroge aussi sur la manière dont ils ont choisi le réseau à exploiter qui selon moi reprend surtout des lignes qui leur sont chères et qui passent dans les communes qu’ils dirigent. Or, si on veut déployer un tel système, il faut se pencher sur les 19 communes et opter pour les lignes les plus fréquentées. Cela aurait plus de sens que de partir de la première couronne et de desservir un peu Uccle, un peu Ixelles et un peu Etterbeek. » »

Le Soir du 20/02/2018

Le métro vers Evere

Une nouvelle ligne de métro jusqu’à Evere dès 2024

Le gouvernement bruxellois a approuvé le plan directeur de Beliris pour la construction d’une nouvelle ligne de métro entre la gare du Nord et la gare Evere-Bordet. Ce projet est couplé avec celui de la Stib et de la Région bruxelloise de transformer les lignes de trams reliant la gare du Nord à la gare du Midi et à Albert en une ligne de métro. Cette nouvelle ligne de métro devrait être achevée d’ici 2024.

Le Soir du 26/03/2015

Découvrez les sept stations du futur métro vers Evere


Ma réaction dans La libre

« le problème des technocrates, c’est qu’ils s’arrêtent à une logique stricte du transport en commun ». « Notre ambition est d’élargir le public qui utilise la STIB dans cette partie de Bruxelles et donc ne pas se limiter aux usagers qui prennent déjà les transports en commun ». « Il est vrai que l’estimation de base est de 5.000 à 6.000 voyageurs par heure et par sens, mais c’est une estimation a minima qui ne tient pas compte des pics de 8.000 à 10.000 voyageurs que l’on pourrait connaitre quand la gare RER sera effective à Bordet ». J’ai également insisté sur les principes du marché public et sur l’importance du monitoring permanent des coûts du projet. Le plan de financement de la future ligne 3 n’est pas encore finalisé mais le métro Nord est sans doute trop avancé pour être interrompu.

La Libre du 4/11/2016